Fatigués des conflits communautaires dans le nord du Nigeria, les réseaux de paix dirigés par les femmes prennent des mesures

"Nous voulons la paix. Nous sommes fatigués des conflits. Beaucoup de personnes innocentes sont mortes, nous devons arrêter la violence. C'est pourquoi je contribue à cultiver la paix ", explique Hadiza Adam, une femme de 38 ans de la communauté Angwan Rogo de Jos North, située dans l'Etat du Plateau au nord du Nigeria.

Date : mercredi 6 septembre 2017

Date : mercredi 6 septembre 2017

Les membres du réseau de paix Angwan Rogo avec Hadiza Adam (au centre).
Les membres du réseau de paix Angwan Rogo avec Hadiza Adam (au centre). Photo: ONU Femmes / Ladi Eguche

"Nous voulons la paix. Nous sommes fatigués des conflits. Beaucoup de personnes innocentes sont mortes, nous devons arrêter la violence. C'est pourquoi je contribue à cultiver la paix ", explique Hadiza Adam, une femme de 38 ans de la communauté Angwan Rogo de Jos North, située dans l'Etat du Plateau au nord du Nigeria.

Depuis 2001, Au moins 4000 personnes ont été tuées dans les violences communautaires récurrentes dans l'État du Plateau. La communauté majoritairement musulmane d'Angwan Rogo, située à 2,1 km de la capitale, Jos, a été l'une des zones les plus touchées. La crise ethno-religieuse a été précipitée par la rivalité politique et économique et par des conflits entre groupes autochtones et non-autochtones. Les tensions continuent à mijoter sur les droits fonciers, l'allocation des ressources de l'Etat, ainsi que les différences politiques et religieuses, entre autres questions.

Mme Adam est l'un des 400 membres du réseau de paix dirigé par des femmes dans l'État du Plateau et créé avec le soutien d'ONU Femmes dans le cadre du programme financé par l'Union européenne pour promouvoir l'engagement des femmes dans la paix et la sécurité au nord du Nigeria. Le programme quadriennal (2014-2018) soutient le gouvernement nigérian dans trois États du nord (Plateau, Adamawa et Gombe) pour renforcer le leadership des femmes, promouvoir l'égalité des sexes et améliorer la protection des femmes et des enfants dans les situations de conflit. Il est mis en œuvre en partenariat avec les ministères fédéraux et étatiques des affaires féminines, l'UNICEF et les dirigeants et organisations de base.

Maijidda Garba (à droite), leader du réseau de paix Angwan Rogo, avec des membres.
Maijidda Garba (à droite), leader du réseau de paix Angwan Rogo, avec des membres. Photo: ONU Femmes / Ladi Eguche

Maijidda Garba, 43 ans, leader du réseau de paix Angwan Rogo, décrit leurs efforts pour unir des communautés de confessions différentes : « Nous sommes allés dans des églises pour partager notre mission de réunir à nouveau les musulmans et les chrétiens. Ils ont dit qu'ils voulaient la même chose, ont demandé d'où nous venions et si c'était sûr pour eux de nous rendre visite. Nous avons décidé d'organiser une réunion à Angwan Rogo pour encourager plus d'interaction. Ce fut une expérience vraiment belle. C'était la première fois que de nombreux chrétiens entraient dans notre communauté depuis 2001. Certains d'entre eux vivaient ici. "

A proximité, dans la communauté de Farin Gada, où la population est séparée en une zone chrétienne appelée Agwan Jarawa et une zone musulmane appelée Sabon Layi, Agnes Wanpe, 50 ans, fait écho aux mêmes sentiments : "Nous avons cessé d'interagir après la crise de 2001. C'est à cause du programme d'ONU Femmes que notre communauté est plus unie maintenant. Les membres du réseau de la paix, musulmans et chrétiens, se rencontrent à la fin de chaque mois. Nous discutons des problèmes auxquels fait face la communauté de Farin Gada et transmettons toute préoccupation sérieuse aux dirigeants de la communauté. "

Aisha Usman, leader du réseau de paix Farin Gada et Agnes Wanpe, chef adjoint du réseau avec un membre du réseau.
Aisha Usman, leader du réseau de paix Farin Gada et Agnes Wanpe, chef adjoint du réseau avec un membre du réseau. Photo : ONU Femmes / Ladi Eguche

Aisha Usman, 33 ans, leader du réseau de paix Farin Gada, ajoute : "Les femmes ont réalisé que nous avions tellement de choses à dire, mais auparavant, nous n'avions pas les moyens de le faire. Nous avons été éclairés sur l'importance de cultiver la paix depuis nos foyers car, nous les femmes avons un rôle important à jouer. "Mme Usman poursuit :" Le réseau des femmes pour la paix a pu amener les leaders communautaires d'Agwan Jarawa et Sabon Layi à être ensemble pour la première fois depuis des décennies. Ils ne s'étaient pas déjà rencontrés, même avant la crise de 2001 ".

"Il est gratifiant de voir les efforts des femmes soutenus par le programme financé par l'UE porter ses fruits", a déclaré Njeri Karuru, Directrice du Programme d'ONU Femmes. "Renforcer l'engagement des femmes dans le dialogue et la médiation pour la paix fait partie du processus de consolidation de la paix et pourrait conduire à une paix durable, et les réseaux de paix dirigés par des femmes à Jos North illustrent clairement cela."

Dans l'État du Plateau, les réseaux de femmes pour la paix soutenus par ONU Femmes sont actifs dans quatre zones de gouvernance locale de Jos North, Mangu, Riyom et Wase. Les réseaux renforcent la participation des femmes à la prévention des conflits, à l'établissement de la paix et à la consolidation de la paix, renforçant ainsi l'engagement du gouvernement nigérian à appliquer les dispositions de la résolution 1325 du Conseil de sécurité par le biais du Plan d'action national. Des plans sont en cours pour élargir les réseaux de paix dans les États d'Adamawa, de Gombe et du Plateau

Pour un monde 50-50 en 2030: Franchissons le pas pour l’égalité des sexes