Ce que la candidate doit savoir – A l’approche des élections, les femmes et les jeunes filles candidates enquièrent sur le processus électoral

Date : mardi 8 mai 2018

Session de formation des femmes au processus électoral.
Jour 1 Session de formation des femmes au processus électoral.

Kinshasa – Alors que la Commission Electorale Nationale Indépendante – CENI s’apprête à ouvrir les Bureaux de Réception et Traitement des Candidatures (BRTC), 450 femmes potentielles candidates se sont réunies pour examiner les procédures liées aux différentes innovations de la loi électorale et pour s’informer par rapport aux processus de constitution de leurs dossiers en vue de maitriser le système électoral et développer des stratégies efficaces pour être aligner sur les listes électorales.

Cette session a été organisé par la CENI et ONU Femmes, en collaboration avec le PNUD/PASEC ainsi que d’autres partenaires d’éducation civique (Couterpart, la voix de sans voie, le Bureau de consultation en genre, INADES Formation, etc.) qui continuent à s’investir dans la question de la participation des femmes au processus électoral. Et, dans le mot de circonstance de la Représentante d’ONU Femmes empêchée, lu par Mme Clémentine Sangana Biduaya, elle a tenu à saluer cette initiative opportune et l’implication de tous les partenaires.

Mme Véronique Umba, conseillère genre auprès du Questeur a lu le mot du Questeur de la CENI qui a rappelé l’importance de l’implication des hommes dans l’accompagnement des candidatures des femmes et a exhorté les femmes à ne pas les écarter.

Dans son exposé, Mme Anne Marie Mukwayanzo, Secrétaire Exécutif Provincial CENI Kinshasa est revenu sur l’état de lieux du processus électoral, les défis juridiques, politiques, techno-logistiques et sécuritaires ainsi que les grandes lignes du calendrier électoral. Quant à Mme Odette Disu, expert juriste CENI, elle a exposé sur les innovations de la Loi électorale, en mettant un accent particulier sur la répartition des sièges sur base des électeurs inscrits, le seuil légal de Représentativité Nationale, Provincial et Local, le suppléant dans la cooptation des chefs coutumiers ainsi que les frais des candidatures.

L’exposé du Professeur Ferdinand Kapanga a porté sur le système électoral Congolais et la stratégie de réussite des élections et les enjeux pour la promotion de l'égalité des sexes dans le processus électoral.

Après la séance de questions réponses, autant de conseils ont été retenus pour les candidates potentielles, parmi lesquelles : 

  • Apprendre à connaitre son groupement politique,
  • Apprendre à connaitre le taux de pénétration du parti politique dans la société’
  • Apprendre à connaitre le niveau d’adhésion des militants
  • Se connaitre soi-même.
  • S’assurer que le parti politique dans lequel on compte postuler peut peser dans une coalition ou carrément un Parti de chantage
  • Examiner le niveau de démocratie interne à son sein pour évaluer le niveau de chance d'apparaître sur la liste des candidats
  • Etre une alternative crédible pour déboulonner les anciens élus dans la circonscription
  • La redevabilité comme enjeux de la campagne
  • Baser sa campagne électorale afin de rendre compte à ce qui vous ont élus
  • Préparer la programmation de la campagne électorale
  • Présenter une offre politique crédible et réalisable
  • Aux candidates indépendantes, postuler dans les circonscriptions électorales uninominales.
Jour 2 Session de formation des femmes au processus électoral.
Jour 2 Session de formation des femmes au processus électoral.

Le deuxième jour a connu deux moments forts, à savoir : le partage d’expérience, à partir de deux témoignages très instructifs livré par Mme Véronique Umba, conseillère genre auprès du Questeur et Mme Charlotte MASIALA du Parti ECIDE.

Le débat qui s’en est suivi a démontré que les femmes sont confrontées à plusieurs problèmes d’ordre politique, économique, technique et social.

Ce dernier exposé a permis à Mme Clémentine Sangana à pouvoir expliquer aux participantes le contenu du Kit de la candidate que les organisateurs ont jugé bon de mettre à la disposition des femmes et jeunes filles potentielles candidates. Elle a recommandé à celles-ci d’en faire leur carnet des poches et de suivi des activités électorales pour ne pas être prises au dépourvu.

Toutes ces échanges ont été sanctionnées par des recommandations adressées aux différents partenaires du processus électoral, notamment le gouvernement, la CENI, le CNSA, les Candidates, les partis et le regroupement politique, les partenaires techniques et financiers ainsi qu’ONU Femmes.