Sénégal : Une unité de transformation de fruits et légumes réhabilitée à Ndame Lo

Date : mercredi 16 mai 2018

Les femmes du groupement de promotion féminine (GPF) de Ndam Lo, après quatre mois de travaux ont pu enfin voir leur unité de transformation de fruits et légumes réhabilité avec l’appui de ONU Femmes. Aujourd’hui elles sont motivées à démultiplier leur production et relever le défi de la commercialisation.

 Les femmes du GPF de Ndam Lo en train d’éplucher en lamelles des fruits de coco
Les femmes du GPF de Ndam Lo en train d’éplucher en lamelles des fruits de coco

Le GPF de Ndame Lo polarise 12 villages avec 500 femmes. Il possède 7 hectares de terre à usage agricole collectif dans la commune de Djender (Thiès) où se trouve la localité de Ndam Lo et dans lesquels elles cultivent des produits maraichers et horticoles.

Les fruits comme le baobab, la mangue, le gombo, la papaye, le citron, le coco, la banane sont transformés par l’unité, ce qui permet aux femmes de commercialiser des confitures, des compotes, des fruits secs ou encore des jus locaux .

Depuis près d’un an le fonctionnement de l’unité de transformation et de séchage, inauguré en 1994 est à l’arrêt. La présidente du GPF de Ndame Lo, explique : ‘’L’usine ne fonctionne plus à cause des problèmes d’endettement que nous n’avons pas pu résorber. Tout était à refaire y compris les outils qui étaient vétustes’’ explique Adji Fatou Kane’’.

Cérémonie de réception provisoire des travaux de réhabilitation
Cérémonie de réception provisoire des travaux de réhabilitation

 ‘’L’appui de ONU Femmes constitue un réel espoir pour nous remettre au travail et prouver notre volonté à promouvoir et autonomiser les femmes de notre localité ’’ poursuit-elle.

C’est en effet avec beaucoup d’émotion que la présidente du GPF de Ndam Lo a reçu les clés de l’unité réhabilitée au cours de la cérémonie de réception provisoire des travaux. Du haut de ses 65 ans, elle continue à montrer toute sa détermination à promouvoir le développement des femmes de la zone.

Cet appui financier de ONU Femmes entre dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Phare « Agriculture femmes et développement durable » (AGRIFED) avec l’intervention de l’Agence Régionale de Développement (ARD) de Thiès, chargé de superviser les travaux et l’Agence d'exécution des travaux d'intérêt public (Agetip) maitre d’ouvrage.

La Directrice des Laboratoires Bio essence Mame Khary Diène lauréate de plusieurs récompenses pour son esprit d’entreprenariat et son engagement pour la promotion des femmes s’est pour sa part engagée à appuyer les femmes de Ndam Lo pour une meilleure commercialisation de leur produit à travers un emballage de qualité.

A l’occasion d’une séance de formation d’emballage en direction du groupement, Mame Khary Diène a soutenu que les rendements de fruits séchés étaient assez faibles surtout pour la papaye mais également pour la banane, mais le meilleur rendement est celui du coco. Elle a ainsi suggéré que la transformation du coco soit privilégiée.

L’appui de ONU femmes a permis en outre une formation en comptabilité de certains membres du GPF pour une meilleure gestion des fonds. ‘’C’est en effet ce qui a manqué à ces femmes car avant la réhabilitation de l’unité, il n’y avait aucune visibilité sur les mouvements financiers’’ indique le directeur de l’ARD de Thiès Chérif Diagne.

L’unité de transformation réhabilitée
L’unité de transformation réhabilitée

Au Sénégal, l’équilibre macro-économique est fortement lié à l'agriculture qui est également la principale source d'emploi. Le secteur agricole sénégalais fait en effet vivre près de 755 000 ménages agricoles. La main d’œuvre évoluant dans l’agriculture représente 53% de la population active et génère 16% du PIB en moyenne selon Rokhaya Gaye (ONU Femmes)

Les femmes sénégalaises sont selon elle très présentes dans l’horticulture maraichère et la riziculture.

‘’Le secteur horticole est aujourd’hui classé prioritaire dans la stratégie de croissance du Sénégal. En effet, l’Etat a pour objectif, à travers le Plan Emergent Sénégal (PSE), de positionner le Sénégal en exportateur majeur de fruits et légumes à haute valeur ajoutée’’ soutient t’elle.

C’est donc un nouveau départ pour ce groupement qui désormais tiendra un registre journalier des activités qu’elles vont démarrer dès le lendemain. ‘’Notre souhait, c’est de passer d’une production de 50 à 500 kilogrammes de fruits transformés par semaine et pouvoir les commercialiser à l’international. Nous avons été formées pour cela alors rien ne nous empêche d’atteindre ces résultats et pourquoi pas les dépasser’’ ambitionne la présidente Adji Fatou Sarr.