"Plus on a confiance en soi, plus il est facile d'atteindre ses objectifs"

Date : mardi 21 août 2018

Maah Koudia KEITA est une musicienne et activiste de 30 ans. Maah Koudia est la fondatrice de l'association 'Care Albinos', une association sénégalaise pour la cause de la communauté albinos. L'association existe depuis 2012 et a été active dans la sensibilisation aux problèmes de l'albinisme.

Maah Keita, Care Albinos Association Photo: UN Women/ Alpha Ba

Qu'est-ce qui vous a inspiré à créer l'association Care Albinos ?

J'ai cofondé l'association Care Albinos avec des membres de mon ancien groupe appelé «TAKEIFA». Au début, il s'agissait de consacrer nos premières activités humanitaires à l'albinisme après avoir entendu parler du traitement des albinos en Tanzanie. Nous voulions vraiment empêcher ce phénomène de se produire au Sénégal. Nous avons créé cette association pour nous rapprocher des personnes atteintes d'albinisme.

Comment les lois et les politiques vous ont-elles soutenu dans vos efforts pour protéger les albinos contre la discrimination ?

L’ONU s’emploie à faire en sorte qu’il y ait une tolérance zéro contre la discrimination. En février 2018, j'ai été invité à assister à une réunion à Nairobi avec d'autres dirigeants albinos en Afrique de l'Est et de l'Ouest. Nous travaillons avec les Nations Unies sur un plan d'action où nous pouvons établir des lois qui protègent les personnes atteintes d'albinisme. Les lois veilleront à ce que les albinos puissent se défendre en cas d’attaque. De plus, ces lois les aideront à mettre en évidence leurs capacités intellectuelles. Nous avons vraiment pensé à beaucoup de choses par rapport à cela.

Quelles sont les lacunes de ces lois, en particulier au Sénégal et en Afrique ?

La plus grande lacune est l'ignorance autour du phénomène de l'albinisme. En effet, beaucoup de gens ne savent pas ce qu'est l'albinisme et nous handicapent donc, non seulement les familles, mais aussi les institutions académiques. Il y a beaucoup de personnes qui occupent des positions plus élevées dans nos communautés et qui ne comprennent pas l'albinisme, et notre rôle est principalement d'informer ces personnes sur l'albinisme, les problèmes auxquels nous sommes confrontés et notre potentiel à contribuer à la société.

En tant que représentant, comment avez-vous influencé les personnes confrontées à la discrimination?

Nous devons en prendre soin ! Ma famille a toujours apporté son soutien, pris soin de moi et fait en sorte que je sois une femme très forte. Je n'ai jamais été directement victime de discrimination, mais maintenant que nous abordons des personnes atteintes d'albinisme, je me rends compte qu'elles sont attaquées quotidiennement parce qu'elles sont considérées comme handicapées, ce qui n'est pas le cas. Je considère comme ma principale responsabilité de les motiver à être plus positifs. Lorsque leur confiance grandit, ils peuvent atteindre leurs objectifs et c'est sans limite !

En diffusant la conscience, quel est votre message aux gens ?

Je voudrais encourager les gens à en apprendre davantage sur l'albinisme. Cela nous aidera à déconstruire tous les mythes qui existent autour de ce phénomène. Il existe suffisamment d’outils pour aider les gens à acquérir de l’information et surtout, l’Association Care Albinos, qui est là pour ça.