Les femmes exceptionnelles : "Avoir l'idée et commencer"

Date : mercredi 5 septembre 2018

Awa Caba est ingénieur en informatique au Sénégal. Dès qu’elle a terminé ses études universitaires, elle a créé sa propre start-up appelée Sooretul, qui signifie « ce n’est plus si loin » avec laquelle elle s’efforce de connecter les femmes productrices avec les consommateurs vivant en zone urbaine.

Awa Caba, Sooretul Photo: UN Women/ Alpha Ba

Qu'est-ce qui vous a donné envie de devenir entrepreneur ?

Quand j'étais jeune, j'aimais aller au champ avec mes parents. Je passais chaque week-end sur le terrain avec mon père qui travaille dans le secteur de l'agronomie. Après mon baccalauréat, j'ai rejoint l'École Supérieure Polytechnique de Dakar où j'ai étudié l'informatique. J'ai commencé à découvrir comment nous pouvons faire tout ce que nous voulons et résoudre des problèmes en créant des applications. En 2011, mes camarades de classe et moi-même avons décidé de participer à la compétition Imagine Cup, un concours organisé par Microsoft pour les étudiants. Nous avons décidé de créer une application basée sur le cloud appelée PAGEL, qui signifie Pêche, Agriculture et Élevage, une application Web destinée à aider les producteurs, les agriculteurs, les pêcheurs et les personnes travaillant avec le bétail. Nous avons représenté l'Afrique occidentale et centrale à New York pour la finale de la Coupe Imagine. À notre retour, nous avons découvert que nous avions un énorme potentiel pour créer notre propre entreprise. Après mon diplôme d'ingénieur en informatique, j'ai décidé de créer ma propre entreprise en 2014.

Comment votre entreprise a-t-elle eu un impact sur des vies dans votre communauté ?

Nous avons découvert qu’au Sénégal, beaucoup de femmes qui travaillent dans l’agroalimentaire n’ont pas accès au marché car la plupart d’entre elles vivent dans les zones rurales. Ils n’ont pas accès à la banque ou à leurs propres magasins dans la capitale, Dakar, et ils n’ont pas accès à Internet pour promouvoir leurs produits. Sur la base de notre étude, nous avons conclu qu’avoir une plateforme de commerce électronique pour leur permettre de vendre leurs produits était une bonne idée de créer une stratégie de visibilité pour eux au Sénégal mais aussi dans le monde entier. Nous avons officiellement lancé la plate-forme Web avec cinq petites et moyennes entreprises dirigées par des femmes avec plus de 100 produits que nous avons présentés sur la plate-forme. En 2018, nous avons 17 petites et moyennes entreprises dirigées par des femmes sur la plate-forme et plus de 400 produits dans 10 catégories. Sur notre plateforme, nous vendons des céréales, des confitures, des sirops, des cosmétiques et des fruits de mer séchés. Nous avons des clients à Dakar et dans le monde entier qui commandent en ligne et nous livrons les produits chez eux ou les clients peuvent nous rendre visite dans notre entrepôt.

Quels sont les défis auxquels vous avez fait face ?

Le premier défi auquel nous avons été confrontés au début était que les gens ne comprenaient pas vraiment qu’en tant que femmes, nous voulions travailler dans l’agriculture et dans les TI. C'était incroyable. Tant pour les femmes que pour les hommes, car elles ne connaissent pas vraiment la technologie. Ils ne savent pas comment utiliser la technologie pour promouvoir leurs produits. Pour eux, acheter des céréales ou du couscous en ligne n'était pas réaliste. Nous avons essayé de les convaincre. Et aussi, pour les consommateurs, ce n'était pas très simple car les produits locaux ne sont pas bien connus au Sénégal. Nous consommons beaucoup de produits importés et cela nous encourage à utiliser la plate-forme pour sensibiliser les gens à mieux connaître les produits locaux produits par les femmes sénégalaises et comment ils peuvent les cuisiner.

Le fait que nous soyons jeunes, les gens ne croyaient pas que nous pouvions créer notre propre start-up et comme nous sommes des ingénieurs en informatique, la plupart de nos parents voulaient que nous travaillions pour de grandes entreprises informatiques et que nous ayons de « bons emplois ». Nous avons dû convaincre nos parents que c'est notre passion et que c'est ce que nous devons vraiment faire pour développer notre pays.

Le plus grand défi a été l'accès au financement. Nous avons participé à de nombreux concours qui ont remporté des subventions qui nous ont aidé à démarrer notre entreprise, mais ce n’est pas simple d’avoir accès à de telles opportunités. En outre, ne pas avoir suffisamment d'informations sur la création de nos propres entreprises ou sur la gestion des impôts et tous les processus administratifs nous retardent.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes filles qui veulent devenir entrepreneurs ?

Les femmes et les filles doivent savoir qu'il est facile d'avoir une idée et de créer une entreprise. La plupart des femmes ont des idées, mais elles ont parfois peur de créer leur propre entreprise parce qu’elles pensent à de nombreux défis, à des obstacles sociaux ou à des obstacles économiques. Et puis ils abandonnent tout simplement. Il faut juste avoir une idée et commencer. Et après vous devez rester concentré. Il est important de rester concentré sur ce que vous voulez faire et sur votre vision. En tant que femmes entrepreneurs, nous devons faire beaucoup de sacrifices et la patience vient avec. C’est vraiment difficile parfois, donc il faut aussi une mentalité forte.

ONU Femmes vous a-t-elle soutenu dans votre entreprise ?

ONU Femmes m'a aidé de différentes manières, par exemple en organisant des dégustations dans diverses organisations, y compris ONU Femmes. C'était une façon pour les employés de découvrir les produits que nous vendions et nous y avons gagné de nombreux clients. Oulimata Sarr, directrice adjointe d'ONU Femmes WCARO est une femme formidable, qui nous conseille et nous expose aux opportunités que nous acceptons. Elle aide les femmes entrepreneurs à rester concentrées et à amener nos idées au niveau supérieur.

Quelle est votre plus grande réalisation en tant que femme entrepreneur dans le domaine de l’agroalimentaire ?

En tant que femme dans le domaine de l’agriculture et des TIC, je suis heureuse de constater que depuis quatre ans, je me suis concentré sur la création d’une entreprise. J'ai pu réunir plus de 250 femmes sur différentes plateformes, associations et coopératives de femmes, qui vendent toutes leurs produits sur la plateforme. Le plus grand impact est de voir que les femmes ont maintenant de meilleurs emballages et marques de qualité pour leurs produits. L'utilisation du réseau social pour partager leurs produits et activités s'est améliorée au fil du temps à partir des formations que nous organisons habituellement.

Je suis très fier de savoir que chaque mois les femmes reçoivent de l’argent parce que nous avons vendu leurs produits. J'espère que dans quelques années ce sera une affaire énorme, pas seulement au Sénégal mais dans toute l'Afrique. J'espère toucher toutes les femmes qui travaillent dans l'agroalimentaire et leur permettre de vendre les produits.