A la 7e édition du Café Genre, les femmes entrepreneures s’affirment comme leaders économiques en RDC

Date : lundi 9 avril 2018

Photo de famille à l’issue de la 7e édition du Café Genre. Photo : ONU Femmes
Photo de famille à l’issue de la 7e édition du Café Genre. Photo : ONU Femmes

Kinshasa, RDC – Au cours de la 7e édition du Café Genre les femmes entrepreneures ont mis en évidence l’importance de l’autonomisation sociale et économique des femmes afin de parvenir à un développement durable et inclusif de la République Démocratique du Congo.

En mettant la lumière sur les questions clés de l’entreprenariat et du leadership économique des femmes et sur les obstacles auxquels les femmes font face tels que la marginalisation et l’exclusion aux opportunités d'affaires et aux espaces de prise de décisions, l’accès limité aux capitaux et autres ressources, à l’information et à la technologie, y compris à l’éducation entrepreneuriale adéquate, cette édition du Café Genre a démontrée que les femmes entrepreneures créent de plus en plus de possibilités d'emploi pour d'autres femmes ainsi que pour les hommes, tout en soutenant leurs propres familles et communautés ; elles nécessitent donc de tout appui capable de soutenir la promotion de leur leadership économique.   

L’Ambassadeur du Canada, SEM Nicolas Simard a été le modérateur de cette 7e édition du Café Genre. Il a salué l’initiative « Café Genre » d’ONU Femmes et a insisté qu’il était indispensable de mettre à la disposition des femmes les moyens nécessaires pour réussir ; et que le Canada était déterminé à appuyer les femmes de la RDC dans ce domaine.

En présentant son mot de circonstance, Mme Awa Ndiaye Seck, Représentante d’ONU Femmes en RDC a renchéri ce point en disant : « Investir dans l'autonomisation économique des femmes est la plaque tournante de leur leadership et ouvre la voie directe vers l'égalité des sexes, l'éradication de la pauvreté et la croissance économique inclusive. Les femmes apportent d'énormes contributions aux économies que ça soit en tant qu'entrepreneures ou employées »

Dans son mot d’ouverture, la Secrétaire Générale du Ministère du Genre, Enfant et Famille, Mme Adrienne Binwana, qui représentait la Ministre empêchée, a félicité les organisateurs pour le choix du thème étant donné que celui-ci cadrait directement avec les priorités du Ministère de Genre qui, en constituant les femmes entrepreneures en réseau visait à faciliter et promouvoir le leadership économique des femmes.   

Avant la session de questions et réponses, les panelistes ont présenté selon leurs domaines d’expertise les points essentiels qui ont alimentés le débat. Mme Joelle Bilé, Directrice Générale de l'agence en communication F4, Jeune Entrepreneure a parlé de l’autonomie économique, pour réduire la dépendance et l’exclusion sociale des femmes. La deuxième paneliste, Professeur Marie-Claire Yandju, qui est en même temps Femme Leader et entrepreneure, a discuté des défis et stratégies pour un positionnement de la femme dans la sphère économique. Quant à Mme Joelle Kabayo, Gestionnaire du programme Lady’s first à la RAWBANK, son sujet s’articulait autour des types d’appui aux activités des femmes pour leur donner un pouvoir économique, cas de la RAWBANK. Enfin, Mme Dorcas Daniels, secrétaire général de la chambre de commerce, industrie et services canadienne en RDC, a élaboré autour des contraintes administratives à l’entreprenariat des femmes.

Ces différentes interventions ont suscité un débat fructueux dont les recommandations ont été reprises et présentées par Mme Awa Ndiaye Seck, Représentante d’ONU Femmes en RDC. Ces recommandations sont les suivantes : 

  1. Besoin de promouvoir la mutualisation dans le domaine de l’entrepreneuriat féminin, la mise en valeur des produits congolais et le réseautage des entrepreneures ;
  2. Besoin d’encourager la formation scientifique et d’organiser des incubateurs d’entreprises pour améliorer le rendement ;
  3. Besoin de créer un cadre normatif adapté aux réalités locales, régionales et mondiales pour garantir la compétitivité des produits congolais ;
  4. Besoin de développer la culture bancaire et l’éducation financière ;
  5. Besoin d’impliquer les provinces afin de booster l’entreprenariat féminin, en s’orientant vers l’agriculture et les services ;
  6. Développer la planification comme outil stratégique important pour réaliser la vision et les objectifs des femmes, y compris l’amélioration du cadre organisationnel ;
  7. Promouvoir la bonne connaissance de la législation, du modèle de leadership à appliquer à l’entreprise mais aussi des principes d’administration ;
  8. Besoin de mettre en place des mécanismes qui permettent d’impliquer les décideurs et les répondants ;
  9. Promouvoir la masculinité positive pour soutenir l’entreprenariat féminin ;
  10. Encourager l’échange d’expériences des anciennes Ministres qui ont eu en charge le genre ;
  11. Mettre les produits locaux dans des standards qui les rendent compétitifs.

La 7e édition du Café Genre a été clôturé par le mot de la Ministre provinciale du Genre de Kinshasa, Mme Thérèse Olenga qui par cette occasion à remercier le modérateur SEM Nicolas Simard, Ambassadeur du Canada en RDC, pour sa disponibilité et son attention particulière aux questions de genre. Elle a encouragé et souhaité à l’ONU Femmes une bonne continuation de l’initiative « Café Genre » et a rappelé à toute l’audience l’importance d’avancer dans tous ces processus de développement en incluant les jeunes femmes comme acteurs et partenaires.