6
résultats trouvés
1 - 6 de 6 résultats
Date:
WE-FI vise à lever les barrières financières et non financières des Petites et moyennes entreprises (PME) dirigées / détenues par des femmes dans les pays en développement. Initiée en octobre 2017, WE-FI mobilise les secteurs public et privé pour ouvrir de nouvelles portes aux femmes entrepreneures des pays en développement.
Date:
Depuis le début de la pandémie du coronavirus en mars 2020, le Programme Sénégal d'ONU Femmes, en collaboration avec ses partenaires, a entrepris diverses actions de riposte pour atténuer les impacts négatifs du coronavirus sur les populations, principalement les femmes qui sont plus vulnérables. Ce rapport retrace les activités phares menées.
Date:
Un résumé succinct et vif des faits relatés par les femmes, comme par exemple la femme dans la cinquantaine, d'une coopérative de 1562 membres, située à Sikasso, environ à 365km de Bamako. Cette publication résume la chaîne des conséquences socio-économiques de la chute vertigineuse que subit la majorité des entreprises et coopératives féminines concernées. Lorsqu'une entreprise/coopérative est affectée, nombreux de ses membres/employé(e)s, clients et fournisseurs le sont autant.
Date:
es entreprises dirigées par des femmes en Afrique ont été fortement touchées par COVID-19. ONU Femmes, ImpactHer ont mené des enquêtes auprès de femmes propriétaires de PME dans des pays africains, qui ont révélé que la plupart des PME dirigées par des femmes risquent de voir leur activité cesser définitivement en raison de la pandémie.
Date:
Le groupe thématique Genre régional souhaite contribuer aux efforts en cours pour faire face à la pandémie actuelle en partageant la présente note aux Coordonnateurs résidents de la région dans le but d’encourager et proposer des outils pour une meilleure prise en compte de la question genre dans la réponse au COVID-19. À ce titre, elle aborde les principaux risques liés au genre en relation avec la pandémie et fait un certain nombre de recommandations pour y répondre.
Date:
Alors que COVID-19 se répand en Afrique, les travailleurs informels ont du mal à se conformer aux mesures d’éloignement ou de confinement social car ils doivent travailler pour subvenir à leurs besoins fondamentaux. Voici trois choses que les bureaux pays d’ONU Femmes peuvent préconiser pour que les femmes travaillant dans l’économie informelle ne passent pas à travers les mailles du filet de la crise actuelle.