Le Mali dit STOP aux violence basées sur le genre (VBG): le nouveau One Stop Center de Bamako, un trait d'union entre la justice et les femmes maliennes rescapées de VBG

Date : lundi 30 avril 2018

 

Coupure du ruban_ D vers G- Le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile_  Le représenatant Résident ONUFEMMES Mali_ La Coordinatrice Résidente du SNU au Mali_ La Directrice du Centre
Coupure du ruban_ D vers G- Le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile_ Le représenatant Résident ONUFEMMES Mali_ La Coordinatrice Résidente du SNU au Mali_ La Directrice du Centre

Que ce soit médicale, psychologique ou juridique, les femmes rescapées de VBG trouveront désormais aide et conseils dans le nouveau One Stop Center de Bamako, inauguré le 18 avril 2018 par le gouvernement malien et les Nations Unies.

Le nouveau One Stop Center est situé dans l'enceinte de l'ancien centre social de la police, réhabilité par ONU Femmes le PNUD et EUCAP. Il est dirigé par la Commissaire Divisionnaire Djélika Diallo qui dispose d'une équipe multidisciplinaire de 13 personnes, composée entre autres de deux médecins et deux officiers de police judicaire.

Ce guichet unique prendra désormais en charge gratuitement les femmes et les filles qui y trouveront refuge. En plus des salles dédiées aux soins médicaux et psychologiques, il dispose aussi d'espaces d'hébergement temporaire et de deux ateliers dans lesquels les femmes pourront se former à des métiers pour à terme s'assurer une indépendance financière.

Lors de la cérémonie d'inauguration, le Ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général Salif Traoré a partagé dans son allocution, la volonté du gouvernement de "doter chaque région du Mali d’une structure d’offre de services aux survivantes de VBG". Il a aussi insisté sur "la tolérance zéro" de l'Etat "pour toutes les violences faites aux femmes dans notre pays".

En effet, selon les statistiques, plus de 35% des femmes maliennes sont victimes de violences sexuelles au moins une fois dans leur vie or ces chiffres sont en réalité beaucoup plus élevés puisque nombre de survivantes n'ont souvent pas la possibilité de demander de l'aide. Ce nouvel établissement constitue donc un pas important vers la protection, le soutien et l'accès à la justice des femmes et des jeunes filles, comme c'est déjà le cas dans d'autres pays notamment en Palestine et au Rwanda.

En réponse à ces chiffres, Mme Baranga Gasarabwé, Coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies au Mali, a quant à elle, réitéré dans son discours, l'engagement des Nations Unies pour la lutte contre les violences basées sur le genre : « Les violences faites aux femmes ont atteint un seuil inquiétant et cette tendance est de plus en plus importante », « Aucun effort ne sera donc de trop pour contribuer à la prise en charge et au soutien de ces victimes qui ne sont autres que nos mères, nos sœurs, nos filles... » a-t-elle rappelé.

“Nous pensons que le rôle des forces de sécurité est crucial dans la lutte contre ce fléau », rappelle aussi Maxime Houinato, Représentant Résident d’ONUFemmes au Mali. « C’est pourquoi nous avons toujours été disponibles à travailler et appuyer les forces de sécurité à mener à bien la mission régalienne de protection et d’assistance des femmes et des filles en situation de vulnérabilité et de la violence basée sur le genre et liée au conflit. »

Equipe de prise du One Stop Center
Equipe de prise du One Stop Center

Le projet fait partie du programme d'ONUFEMMES "de Lutte contre les facteurs de conflit au Mali à travers l'état de Droit» du Global Focal Point, qui a pour vocation de faciliter l'accès à la justice aux femmes. Il est mis en œuvre par ONUFEMMES, en partenariat avec le PNUD et la MINUSMA et grâce au généreux financement de la République Fédérale l'Allemagne. On compte désormais deux centres "One Stop Center" à Bamako et douze dans le pays.