Mettre les Femmes Centrafricaines à l’avant de la Lutte contre la pandémie du COVID-19

Date : vendredi 10 avril 2020

Photo: ONU Femmes RCA/Novella Nikwigize
Après installation de la station de lavage, l'équipe technique du Ministère de la Promotion de la Femme et ONU Femmes en explique l'utilisation aux femmes du quartier Bégoua de Bangui. Photo: ONU Femmes/Novella Nikwigize

Le 14 mars, la République Centrafricaine a annoncé son 1er cas de COVID-19 et au 08 Avril, on comptait 11 cas de contamination à COVID-19 dont 45% de femmes et 55% d’hommes.

L’épidémie du coronavirus en Centrafrique, comme ailleurs dans le monde vient mettre à mal des systèmes sociaux, de santé, économiques et politiques déjà fragilisés.

Comme pour d’autres épidémies, les conséquences du coronavirus, telle que la fermeture des écoles, la restriction des activités économiques et petits commerce et les cas de nouvelle contamination locale, peuvent impacter sur l’augmentation de la charge des femmes et filles au foyer relative à la gestion des enfants et aux mesures d’hygiène et de prévention du coronavirus dans la famille.

En Centrafrique, les femmes et les filles vivent déjà dans une situation de vulnérabilité particulière qui sera probablement exacerbé dans le cadre de cette pandémie. Et un travail de fond est d’ores et déjà en cours pour faire face aux risques de mauvais traitements, violences basées sur le genre, à la santé mentale, à la séparation avec leurs parents et surtout au travail des enfants qui augmenterait leur risque de contamination.

Photo: ONU Femmes RCA/Novella Nikwigize
Au 5e arrondissement de Bangui, les représentants d'une ONG locale suivent les précautions d'utilisation et de mélange d'eau de javel pour les stations de lavage offerts par ONU Femmes et le Ministère de la Femme. Photo: ONU Femmes/Novella Nikwigize

En ce qui concerne la prévention, les défis liés au manque d’équipements sanitaires entravent l’avancée du travail des sensibilisatrices communautaires comme Madame Marie Thérèse Damoinou, présidente de l’Association des missionnaires pour les œuvres sociales (AMOS), sise au 3e arrondissement de la capitale Bangui.

Elle explique qu’elle et son équipe avaient déjà pris l’initiative de débuter la sensibilisation des communautés à la prévention du Coronavirus porte par porte, mais les moyens leur manquaient : «On explique aux familles la nécessité de se laver les mains pour prévenir les contaminations. Mais sans les kits de lavage nécessaires, on ne pouvait qu’utiliser les gourdes à usage habituelles pour les mains communément appelés « bouta » (en sango, la langue locale, ndlr), et avec du savon fabriqué localement, malgré son prix qui est en hausse depuis le début de la crise ».

C’est donc très heureuse qu’elle a accueilli une partie du premier lot de 100 kits de lavage (seau, savon, eau de javel) offert par ONU Femmes, en collaboration avec le Ministère de la Promotion de la Femme, de la Famille et la Protection de l’Enfant. Ces kits seront placés dans son arrondissement, aux endroits à forte fréquentation féminine (entrée des marchés, cliniques, etc.), remplaçant quelquefois des systèmes de bouta plus artisanal et moins efficace. Les différents kits de lavage de mains ont été distribués de part et d’autre de la ville à des organisations communautaires, déjà engagées dans la sensibilisation au sein de leur communauté.

Photo: ONU Femmes RCA/Novella Nikwigize
Les femmes de la localité du quartier de Bégoua, au 8e arrondissement de Bangui, venues écouter la démonstration de la meilleure utilisation des stations de lavage distribuées par ONU Femmes et le Ministère de la Femme. Photo: ONU Femmes/Novella Nikwigize

Pendant qu’elle procédait à la remise des kits aux côtés du Coordonnateur ONU Femmes en RCA, la Ministre de la Promotion de la Femme, Mme Aline Gisèle Pana a interpellé les centrafricains à prendre au sérieux cette pandémie et à commencer à mettre en œuvre les mesures barrières pour leur protection ainsi que pour leurs enfants. Par ailleurs, le Gouvernement a déjà pris des mesures barrières et est en cours d’élaboration de son Plan National de Réponse Humanitaire à COVID-19. Alors que les différents cadres ministériels sont déjà à pied d’œuvre pour développer leur Plans de réponse sectoriels, ONU Femmes et la Groupe Thématique Genre et Développement des Nations Unies ont organisé un Atelier de formation sur le Marqueur Genre et Âge à l’intention des cadres en charge de l’élaboration des Plans Sectoriels de réponse au Covid-19. C’est dans le cadre du soutien au gouvernement dans sa réponse au Covid-19, qu’ONU Femmes a élaboré un cadre de réponse intégré, s’assurant, du Comité Stratégique présidé par le Président de la République à la plateforme des organisations féminines communautaires, travaillant au plus près des femmes à Bangui et dans les Provinces.

« Pour la lutte contre le coronavirus, nous avons commencé par un appui technique à l’élaboration du Plan sectoriel du Ministère qui est suivi de l’organisation d’une campagne de prévention contre COVID-19 en impliquant les femmes, et de la formation actuelle. Nos portes restent toutefois grandement ouvertes pour des initiatives futures. »

ONU Femmes participe ainsi aux efforts de prévention, réponse et relèvement précoce au Covid-19 du système des Nations Unies et des partenaires de développement.