La Directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, s'est rendue en Côte d'Ivoire

Date : mercredi 29 novembre 2017

UN Women Executive Director, Phumzile Mlambo-Ngcuka, visited Cote d’Ivoire
Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d'ONU Femmes à Korhogo, dans le nord de la Côte d'Ivoire. Photo : ONU Femmes / Alpha Ba

Au cours de la campagne des 16 jours d’activismes contre la violence basée sur le genre, des centaines d'événements renforceront les efforts visant à mettre fin à une pandémie qui touche une femme sur trois dans le monde. En Côte d'Ivoire, les 16 Jours ont été marqués par le lancement du mouvement de solidarité mondiale HeForShe dans le pays. HeForShe vise à remettre en question le statu quo et à soutenir le changement transformateur pour les femmes, les hommes, les garçons et les filles. Le Président de la République de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, a officiellement annoncé son engagement formel à devenir un défenseur et à aider à mobiliser les hommes en Côte d'Ivoire à rejoindre le mouvement. La violence contre les femmes et les filles dans le pays est en hausse en raison de l'avènement de la crise sociopolitique de septembre 2002 à avril 2011. Par exemple, la Coordination nationale de lutte contre la violence sexiste a signalé 865 cas de violence au premier trimestre de 2013, y compris 261 viols. En outre, 33% des viols dans le pays sont commis sur des mineurs âgés de 10 à 18 ans.

La visite a également été l'occasion de faire la lumière sur l'importance de renforcer l'autonomisation économique des femmes, afin de rompre le cycle de la violence et de renforcer la résilience.
La visite a également été l'occasion de faire la lumière sur l'importance de renforcer l'autonomisation économique des femmes, afin de rompre le cycle de la violence et de renforcer la résilience. Photo : ONU Femmes / Alpha Ba

La Directrice exécutive a visité un projet d'ONU Femmes financé par le gouvernement du Japon et visant à autonomiser les agricultrices et à les aider à s'adapter aux défis posés par le changement climatique. Le projet fournit aux femmes des formations pour améliorer la qualité du beurre de karité qu'elles produisent, et soutient le traitement et la commercialisation du produit pour positionner les agricultrices plus haut dans la chaîne de valeur. En collaboration avec le ministère de la Femme, le soutien d'ONU Femmes au secteur du karité a bénéficié à plus de 300 femmes dans 12 coopératives et 12 petites et moyennes entreprises. La visite de la Directrice exécutive a également coïncidé avec l'inauguration du Centre des femmes entrepreneurs de Côte d'Ivoire. Ce centre stimule l'entrepreneuriat féminin et favorise l'autonomisation économique des femmes. Les femmes bénéficiaires recevront une formation leur permettant de mieux gérer leurs entreprises, de tirer un plus grand profit économique de leurs activités et d'accroître leur visibilité sur la scène économique nationale, régionale et internationale.

La Directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, a inauguré le Centre pour les femmes entrepreneurs avec Hiroshi Kawamura, ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire et d'autres invités.
La Directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, a inauguré le Centre pour les femmes entrepreneurs avec Hiroshi Kawamura, ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire et d'autres invités. Photo : ONU Femmes / Alpha BA

« Ce centre est un lien entre les femmes entrepreneurs établies et les start-up, et une chaîne de solidarité et de coaching. Il s'agit d'un bel exemple de partenariat entre l'ONU, le gouvernement, les partenaires bilatéraux et la société civile », a déclaré Mme Mlambo-Ngcuka. Hiroshi Kawamura, ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire, a ajouté qu'il était « fier de voir un tel centre construit en peu de temps, grâce à la forte implication de tous les acteurs du projet ».

Rencontre avec les organisations de la société civile

Lors d'une rencontre avec les organisations de la société civile (OSC), après avoir salué les efforts des OSC ivoiriennes qui ont contribué à la fin de la crise et à une meilleure compréhension / mobilisation des questions de genre, la Directrice exécutive a souligné le rôle déterminant des OSC dans la déconstruction des normes sociales. Elle a soulevé la question de l'approche fragmentée et a exhorté les OSC ivoiriennes à la solidarité et à l'inclusion, en accordant une attention particulière aux jeunes, aux filles et aux garçons. Elle a exhorté les OSC ivoiriennes à saisir l'opportunité des "16 jours" pour sensibiliser et mobiliser l'opinion publique sur la violence contre les femmes et s'impliquer de plus en plus dans la lutte. Elle a présenté l'initiative du Réseau des femmes dirigeantes africaines lancée à New York en mai 2017 et a invité les femmes leaders ivoiriennes à rejoindre le réseau pour la transformation de la Côte d'Ivoire et de l'Afrique.

La Directrice exécutive a également annoncé le thème prioritaire CSW62 (2018) qui se tiendra à l'ONU à New York du 12 au 23 mars 2018 : Défis et opportunités pour réaliser l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes et des filles rurales. Elle a demandé aux OSC de soutenir en particulier l'adoption du projet de loi sur la participation des femmes, actuellement examiné par le gouvernement sous la direction de la Ministre de la Femme, de la Protection de l'Enfance et de la Solidarité. Pendant la session, les OSC ivoiriennes ont remis à la Directrice exécutive un document soulignant leurs préoccupations et recommandations sur les défis de genre en Côte d'Ivoire, y compris leur besoin d'être formé dans la perspective des prochaines élections, et a demandé son soutien pour résoudre ces problèmes.

Rencontre avec des femmes leaders

La discussion a soulevé à nouveau la question du soutien collectif et de solidarité pour la promotion du genre, avec un accent particulier sur la loi étant actuellement rédigé sous la direction du ministre de la femme, protection de l'enfance et de la solidarité en vue de renforcer la participation politique des femmes à la fin de 2017. Les femmes leaders ont insisté sur la nécessité de disposer de statistiques précises, qu'elles soient ventilées par sexe ou désagrégées, afin de pouvoir documenter leur campagne de plaidoyer GEWE. La Directrice exécutive a demandé aux femmes leaders d'utiliser leur position pour aider à faire avancer la cause des femmes, y compris le coaching et le mentorat des jeunes femmes et des filles.

Rencontre avec le groupe consultatif de la société civile

La Directrice exécutive a exprimé sa satisfaction de la diversité du groupe et de l'engagement de ses membres qui, bien que récemment inaugurés, ont déjà rédigé et commencé à mettre en œuvre un plan d'action national avec le soutien d'ONU Femmes. Une initiative remarquable du CSAG d'ONU Femmes est la mosquée Imam de Fatima de Grand Bassam, la seule mosquée au monde à porter le nom d'une femme. Il a souligné le rôle instrumental et influent des chefs traditionnels et religieux dans la promotion du GEWE au niveau national et au sein des communautés. Se considérant comme des acteurs clés de ces processus, ils ont présenté, entre autres initiatives, une formation ciblant les rois et les chefs traditionnels visant à les impliquer dans la promotion du GEWE. Le CSAG a demandé un soutien continu pour poursuivre le plaidoyer auprès des chefs traditionnels et pour lancer le « principal défenseur traditionnel de l'initiative GEWE », afin de montrer au niveau communautaire les avantages d'une meilleure participation des femmes au développement.

 

The President of Cote d’Ivoire officially a HeForShe advocate
Caption Text

Le président de la Côte d'Ivoire officiellement un avocat de HeForShe

Le Président de la Côte d'Ivoire, Alassane Dramane Ouattara, a officiellement rejoint le mouvement de solidarité mondiale HeForShe lors d'une cérémonie marquant les 16 jours d'activisme contre la violence basée sur le genre. Après avoir reçu son épinglette HeForShe, le Président a promis de mettre fin à la mutilation génitale féminine (MGF) et d'unir leurs efforts pour mettre fin à toutes les formes de violence contre les femmes d'ici 2020. La Directrice exécutive d’ONU Femmes et de nombreuses personnalités ivoiriennes, y compris le chancelier de la République, Mme Henriette Diabaté et la Ministre de la Femme, de la Protection de l'Enfance et de la Solidarité, Mme Koné, étaient présents.

Le président Alassane Ouattara recevant son épinglette de la part de la Directrice exécutive d'ONU Femmes.
Le président Alassane Ouattara recevant son épinglette de la part de la Directrice exécutive d'ONU Femmes. Photo : ONU Femmes / Alpha BA

Le président a également salué le rôle d'ONU Femmes dans le pays, en particulier en autonomisant les femmes rurales. Mme Koné a mis l'accent sur l'égalité des sexes en tant que priorité nationale, désormais inscrite dans la nouvelle constitution ivoirienne. Mme Mlambo-Ngcuka s'est également entretenue avec le ministre des Affaires étrangères, Marcel Amon-Tanoh; le président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro; et le Premier ministre et ministre du Budget, Amadou Gon Coulibaly Marcel Amon-Tanoh. Les discussions ont porté sur la collaboration entre la République de Côte d'Ivoire et ONU Femmes sur des questions d'intérêt commun en vue de soutenir les efforts du pays pour faire avancer le programme.