Femmes et Hommes, en avant vers 2030 !

Date : vendredi 8 juillet 2016

La CSW ou la Commission de la Condition de la Femme est une réunion annuelle  qui vise à promouvoir les droits des femmes et l’établissement de normes mondiales relatives à l’égalité femmes-hommes. Elle est organisée par les Nations Unies et se tient à son siège à New York. La commission rassemble gouvernements, acteurs de la société civile et représentants du secteur privé afin d’évaluer les progrès réalisés en matière de droits politiques, économiques et sociaux des femmes à travers le monde.

Photo de famille (ONU Femmes, Ministères, Membres du gouvernement et participants)
Photo de famille (ONU Femmes, Ministères, Membres du gouvernement et participants). Photo crédits ONU Femmes

Société civile, l’incontournable !

Afin de vulgariser les conclusions et les recommandations de la 60ème session de la CSW, un atelier de restitution s’est tenu le 26 mars 2016 à Abidjan. La société civile a été reconnue comme actrice incontournable et la coopération avec elle pour faire le suivi de l’application des lois votées en faveur des femmes et de l’égalité est indispensable. La violence contre les femmes (mutilations génitales féminines, les mariages précoces et forcés) a été dénoncée et la Côte d’Ivoire doit lutter pour y mettre fin. Enfin, le rôle des femmes dans la promotion de la culture de la paix a été souligné tandis que les décideurs ont été sollicités pour plus d’engagement en faveur de la participation des femmes aux postes décisionnels.

CSW


La Côte d’Ivoire était à New-York !

En effet, une délégation ivoirienne, conduite par Mme Euphrasie KOUASSI YAO, Ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant, a pris part à la 60ème session de la CSW tenue au siège des Nations Unies à New York, du 14 au 24 mars 2016 avec pour thème « Autonomisation des femmes et lien avec le développement durable ». Cette participation, appuyée par le Système des Nations Unies avait pour objectif de présenter les progrès réalisés dans le pays et les écarts à réduire dans la mise en œuvre des objectifs mondiaux en matière d’égalité entre les sexes. Il s’agissait également d’identifier les défis à relever et les opportunités à saisir en faveur de l’autonomisation des femmes dans l’agenda de développement 2030.

Les conclusions de la CSW ne doivent pas rester lettres mortes 

L’application des recommandations est de toute évidence le défi que rencontrent les Etats-Membres à l’issue de la CSW : en Côte d’Ivoire, afin d’assurer l’application des recommandations, la mise sur pied d’un comité suivi-évaluation a été proposé.

Une vue des participants lors de la restitution à l’hôtel du district d’Abidjan
Une vue des participants lors de la restitution à l’hôtel du district d’Abidjan. Photo crédits ONU Femmes

Mme Madeleine OKA-Balima, Responsable des programmes, représentant la Représentante Résidente d’ONU Femmes en Côte d’Ivoire, après avoir félicité le `MPFFPE pour l’organisation de cet exercice de redevabilité, a rappelé le rôle important que joue la CSW, dans la promotion des droits des femmes de par le monde. Elle a souligné par ailleurs : « l’implication des acteurs de la société civile est cruciale, sans parler du partenariat avec les hommes sans qui ces recommandations ne pourront pas être suivies ! »

« Ensemble nous sommes un océan » : Le MPFFPE engagé pour la femme  

« Seules, nous sommes une goutte d’eau mais ensemble, nous sommes un océan capable de déplacer les montagnes pour faire reculer les inégalités de genre » a prononcé Mme Caroline Grekou, Directeur de Cabinet au nom de la Ministre du MPFFPE.

Le MPFFPE, avec l’appui d’ONU Femmes, vont travailler ensemble afin de s’assurer que les recommandations la 60ème session de la CSW soient effectivement prises en compte et que la condition de la femme évolue.