La transformation agroalimentaire change la vie des femmes de Kantche, région de Zinder.

La région de Zinder a été choisie pour abriter l’atelier de renforcement des capacités de 60 membres des coopératives agricoles bénéficiaires du projet : « Réduction des effets négatifs de la migration des femmes et des jeunes hommes en investissant dans leurs capacités productives dans le département de Kantché ». Financé par le ministère des Affaires Étrangères de l’Italie, ce projet envisage d’améliorer les conditions de vie des populations bénéficiaires du département de Kantché à travers les activités agricoles et commerciales, ainsi que d’atténuer les effets néfastes de la migration irrégulière sur les femmes et les jeunes hommes à travers des séances de formation et de sensibilisation.

Date : mercredi 25 août 2021

Le département de Kantché est une des localités du Niger les plus touchées par le phénomène de la migration irrégulière, notamment chez les femmes. Afin de lutter contre ce phénomène, l’approche définie par le projet s’inscrit dans une dynamique participative et itérative autour des filières agricoles porteuses, allant de la facilitation d’accès aux terres arables à leur sécurisation, en passant par la mise en place des intrants et matériels adéquats pour la production, le stockage, la transformation, la conservation et la commercialisation des produits bruts et finis.

Démonstration d'un processus de transformation alimentaire. Crédits photo: ONU Femmes Niger.
Démonstration d'un processus de transformation alimentaire. Crédits photo: ONU Femmes Niger.

Les assemblées générales tenues dans les communautés bénéficiaires ont permis de comprendre que les bénéficiaires ont une faible connaissance des techniques modernes de transformation, de conservation et de commercialisation des produits finis. En effet, les méthodes traditionnelles de transformation, comme le séchage au soleil, sont les plus utilisées. Cependant, celles-ci ne garantissent nécessairement pas la qualité nutritionnelle et l’hygiène des produits transformés, et attirent ainsi moins la clientèle. La vente de ces produits se fait de façon individuelle dans les villages et marchés environnants à des prix bas qui ne permettent pas aux femmes et aux jeunes hommes de générer des bénéfices.

Démonstration de transformation de produits alimentaires. Crédits photo: ONU Femmes Niger.

L’atelier apporte afin la solution tant attendue en permettant à tous les bénéficiaires d’accéder à des produits à forte valeur ajoutée grâce à des équipements sophistiqués comme le déshydrateur, les presses huiles à vis-sans-fin, le stérilisateur, ou encore moulin électrique.

L’objectif de cette formation a donc été d’apprendre à ces coopératives de femmes et de jeunes les techniques de conservation, de transformation, d’emballage, de normalisation, et de commercialisation des produits agro-alimentaires dans le but de soutenir le développement communautaire et l’accroissement des revenus, au travers de l’atténuation des risques de la migration irrégulière.

Six produits agro-alimentaires, dont le mil, le niébé, le sésame, l’oignon, la tomate et le moringa seront transformés ; chacun en trois produits finis, soit dix-huit sous-produits attendus :

-       Le mil : farine infantile, dégué, cake de mil sous format cuit;

-       Le Niebé : farine instantanée, farine de niébé, pate de niébé prête à l’emploi;

-       Le sésame : huile de sésame cosmétique, huile alimentaire, croquettes de sésame;

-       L’Oignon : oignon sèché, oignon en poudre, sel d’oignon;

-       La tomate : coulis de tomate, double concentré de tomate, tomaté séchée;

-       Le moringa : gélules de graines de moringa, gélules des feuilles de moringa, farine.

Gélules de moringa prêtes à être commercialisées. Crédits photo: ONU Femmes Niger.

Ces produits seront vendus au niveau national et à l’international au travers de foires et de rencontres d’affaires des partenaires du projet.