Évaluation des coûts des écarts de productivité entre les sexes dans le secteur de l'agriculture

Image
Evaluation dans le secteur agricole

En Afrique subsaharienne, bien que les femmes représentent une vaste proportion de la main-d’oeuvre agricole, on constate systématiquement qu’elles sont moins productives que leurs homologues masculins. Les écarts de productivité entre les sexes dans le secteur agricole - mesurés en fonction de la valeur de la production agricole par unité de terre cultivée - varient de 4 à 25 %, selon le pays et la denrée cultivée . ONU Femmes, le Laboratoire d’innovation de la Banque mondiale sur la parité hommes-femmes en Afrique et l’initiative « Pauvreté et environnement » du PNUD-FEM se sont associés pour établir un rapport visant à quantifier le coût de ces écarts entre les sexes et les gains possibles si ces écarts étaient réduits au Malawi, en Tanzanie et en Ouganda .

Ce rapport illustre l’importance de ces écarts entre les sexes. Une réduction des écarts entre les sexes de 28 % au Malawi, de 16 % en Tanzanie et de 13 % en Ouganda pourrait se traduire par des gains bruts pour le PIB et déboucher sur d’autres résultats positifs en matière de développement, comme une diminution de la pauvreté et un renforcement de la sécurité alimentaire. Les gains identifiés, qui sont présentés dans les figures à la page 2, envoient un signal fort aux décideurs sur l’approche économique intelligente que représente la réduction des écarts entre les sexes. Toutefois, il est important de souligner que ces gains potentiels impliquent également des coûts. La réduction des écarts entre les sexes passe par une modification des politiques existantes ou par l’établissement de nouvelles politiques, ce qui peut nécessiter des ressources supplémentaires.

Visionnez / téléchargez

Informations bibliographiques

UN Women office publishing: Africa
Année de publication
2022
Nombre de pages
2