La section APNODE de la Côte d’Ivoire officiellement installée

Date : jeudi 1 mars 2018

Les parlementaires ivoiriens et ivoiriennes s’engagent pour une culture de l’évaluation sensible au genre et à l’équité des politiques publiques.

Photo de Famille des parlementaires ivoiriens et ivoiriennes participants à l’atelier. Photo - ONU Femmes Côte d’Ivoire
Photo de Famille des parlementaires ivoiriens et ivoiriennes participants à l’atelier. Photo - ONU Femmes Côte d’Ivoire

 Grand Bassam, 16-17 février 2018 – Le Réseau des Parlementaires africains pour l’évaluation du développement section Côte d’Ivoire (APNODE-CI) officiellement installé, grâce à l’appui technique et financier de ONUFEMMES et l’Initiative Indépendante pour l’Evaluation (IDEV) de la BAD.

En effet du 16 au 17 février 2018, Un atelier, de sensibilisation et de formation des parlementaires ivoiriens et ivoiriennes à l’évaluation sensible au genre et à l’équité des politiques publiques, a réuni une cinquantaine de participants dont trente-cinq (35) parlementaires, dix (10) membres du personnel administratif de l’Assemblée nationale et six (6) représentants du RISE (Réseau Ivoirien du Suivi Evaluation), 2IEVAL (Initiative ivoirienne pour l’évaluation) et autres partenaires impliqués dans le processus d’évaluation ou dans le financement des activités d’évaluation (IDEV, ONUFEMMES).

Cet atelier a permis de sensibiliser et former les parlementaires sur les enjeux liés à l’évaluation des politiques publiques et à faciliter l’implémentation de la fonction évaluative au sein du Parlement ivoirien. A l’issue de l’atelier, le réseau APNODE CI a été officiellement installé.

Les députés en session de travail. Photo - ONU Femmes Côte d’Ivoire
Les députés en session de travail. Photo - ONU Femmes Côte d’Ivoire

Dans ce processus, il a été question de mobiliser les parlementaires ivoiriens et ivoiriennes afin de s’approprier les outils et méthodes d’évaluation des politiques publiques pour s’assurer que l’Etat de Côte d’Ivoire se donne les moyens d’atteindre les résultats des ODD …

La cérémonie d’ouverture a été ponctuée de deux allocutions, notamment celle de Madame Madeleine OKA Balima, Responsable de programme à ONUFEMMES Côte d’Ivoire et celle de l’Honorable IMBASSOU Ouattara Abbas, Président de APNODE Côte d’Ivoire.

Dans son adresse, Madame OKA Balima s’est félicitée de la tenue de cet atelier et de l’adhésion de la Côte d’Ivoire au processus mondial d’intégration de la femme dans les sphères de décision par la ratification de convention internationales y relatifs. Madame OKA Balima a indiqué que la Constitution du 8 novembre 2016, en ses articles 35, 36 et 37, vient renforcer l’engagement de la Côte d’Ivoire à œuvrer pour l’égalité des sexes. Néanmoins, le niveau de participation des femmes à la prise de décisions politiques demeure faible. Aussi, a-t-elle plaidé pour la prise en compte des compétences de la femme dans tous les secteurs d’activités pour une croissance inclusive véritable.

Quant au Président de APNODE Côte d’Ivoire, il a exprimé sa reconnaissance et sa gratitude aux organisateurs et à tous les Députés présents. Présentant l’APNODE-CI, il a souligné que ce cadre de réflexion, créé en 2015, permet aux Députés, à travers l’évaluation du développement, de faire le plaidoyer en vue de promouvoir l’efficacité du développement et la croissance en Afrique. Il a rappelé que l’APNODE plaide pour une approche sexospécifique en veillant à ce que les parlementaires, hommes et femmes, soient inclus de façon égale dans le débat sur l’utilisation des données probantes de l’évaluation et dans la prise de décision.

A la suite des allocutions, différentes présentations et échanges se sont déroulées et ont permis aux participants d’appréhender les différents concepts de la Gestion Axée sur les Résultats de Développement, leur formulation et les différents mécanismes de mise en œuvre, d’une part, et ont suscité un intérêt pour les parlementaires quant à l’évaluation des politiques publiques et la maitrise des procédures et des outils d’évaluation sensible au genre et à l’équité des politiques, d’autre part.

L’atelier a pris fin avec la lecture d’un communiqué final à travers lequel, les parlementaires se sont engagés à mener des actions pour le développement de la culture de l’évaluation des politiques publiques au sein de l’assemblée Nationale.