Campagne de mobilisation de lutte contre les Violences Basées sur le Genre au Mali à l'occasion du Forum Génération Égalité (FGE)

Après un coup d’envoi à Mexico, au Mexique, le Forum Génération Egalité a connu son apogée à Paris, en France, du 30 juin au 2 juillet 2021. Le FGE est structuré autour de six coalitions d'action, des partenariats multi-acteurs innovants regroupant des États, des organisations internationales, de la société civile et de jeunesse, ainsi que des entreprises et des fondations philanthropiques du secteur privé. Il a lancé un ensemble d’actions concrètes, ambitieuses et transformatrices afin de réaliser des progrès durables en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes pour les cinq prochaines années.

Date : jeudi 2 septembre 2021

Pour célébrer le lancement du Forum Génération Égalité (FGE) au Mali, les militantes des droits des femmes au Mali et les membres du réseau des jeunes féministes d’Afrique de l’Ouest avec l’appui de Equipop, de l’Ambassade de la France au Mali, d’ONU Femmes, ont mis en œuvre un cadre d’échange dans le cadre du Forum Génération Égalité.

La conférence de lancement a traité de deux thèmes principaux pour contribuer à améliorer l'accès à l’information des femmes et des groupes marginalisés sur les services de santé génésique de qualité et les droits sexuels et reproductifs, dans un environnement protecteur et responsabilisant. Les deux panels ont porté sur l’accès des femmes à la justice des victimes de violences basées sur le genre et l’accès aux services sociaux de base DSSR à l’occasion du FGE.

Le FGE, a expliqué la Représentante adjointe d’ONU Femmes au Mali Marie Pierre Raky Chaupin, vise à créer des « synergies et des engagements forts » afin d’aboutir à des avancées et des résultats tangibles en matière de genre. Pour obtenir ces résultats, les Etats seront jugés sur six thématiques, à savoir : les violences basées sur le genre, les droits et la justice économique, les droits sexuels et reproductifs, l’action féministe pour le climat, la technologie et l’innovation sensibles au genre, le leadership des mouvements féministes.

Intervenants à la conférence contre les VBG en marge du FGE. Crédits photo: ONU Femmes Mali.

A la suite de la conférence, ONU Femmes, en partenariat avec le réseau des jeunes féministes d’Afrique de l’Ouest a lancé une large campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux, qui concrétise l’appropriation et l’activation locale de l’évènement et son calendrier de plaidoyer au Mali. Les réseaux sociaux sont actuellement les canaux d’information les plus utilisés et appréciés par la couche juvénile malienne en termes de communication. La campagne s’est déroulée du 1er au 10 juillet et a été portée par 20 influenceurs digitaux sur Facebook et Twitter principalement.

Intervenants à la conférence contre les VBG en marge du FGE. Crédits photo: ONU Femmes Mali.

Cette campagne digitale a eu pour objectifs de contribuer à renforcer la connaissance des droits liés à la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes à travers une forte mobilisation médiatique en vue de changer les comportements, à sensibiliser les adolescent(e)s et les jeunes maliens et maliennes sur les droits sexuels et reproductifs et sur les questions de violences basées sur le genre, et de mobiliser la société civile malienne pour mener un plaidoyer auprès des autorités maliennes pour la réintroduction dans l’agenda politique, de mesures d’engagements contre les violences basées sur le genre.

Au niveau global, la Directrice Exécutive d’ONU Femmes, Dr. Phumzile Mlambo-Ngcuka, s’est félicitée du succès réalisé par le lancement du FGE et des 40 milliards de dollars d’engagements financiers portés et réalisés par les différentes parties prenantes.

« Il n'y a jamais eu un tel résultat pour l'égalité des sexes. Il y a déjà plus de 1000 engagements à travers les six coalitions d'action et le Pacte pour les femmes, la paix et la sécurité et l'action humanitaire, et nous nous attendons à ce que de nouveaux engagements continuent à s'ajouter jusqu'à la fin de l'année. » Dr. Phumzile Mlambo-Ngcuka, ancienne Directrice Exécutive d’ONU Femmes. 

Ces engagements financiers sont également complétés par des engagements en matière de politiques, de programmes et de plaidoyer qui permettront de renforcer la dynamique et d'accélérer l'impact. C'est un triomphe pour nous tous à ONU Femmes, et pour l'ensemble de l'écosystème des acteurs de l'égalité des sexes qui sera désormais dynamisé et doté de ressources pour les cinq prochaines années et au-delà. C'est un moment de promesse de justice qui a été longtemps attendu.