ONU Femmes appui le Forum National des Femmes pour le renforcement du leadership féminin au niveau communautaire au Burundi

Avec le soutien financier du bureau d’ONU Femmes au Burundi, le Forum National des Femmes (FNF) vient de lancer un projet dénommé « Renforcement du leadership des femmes pour une implication effective au sein des instances de gouvernance, de consolidation de la paix et la lutte contre le COVID-19 ».

Date: Saturday, July 18, 2020

ONU Femmes appui le Forum National des Femmes
Signature de la convention de partenariat. Photo: UN Women/ Odette Kwizera

Le bureau d’ONU Femmes au Burundi et le Forum National des Femmes ont signé le jeudi 16 juillet 2020, un accord de partenariat visant à renforcer la participation politique des femmes aux prochaines échéances politiques. Prévu pour une durée de 5 mois, le projet cible essentiellement  une plus grande participation de femmes candidates collinaires pour ainsi atteindre au moins 20% de femmes candidates.

Le projet, financé par le bureau de ONU Femmes au Burundi, à hauteur de 97 millions de FBU, cible 500 femmes candidates aux élections collinaires, issues de 20 communes des provinces GITEGA, KARUSI, MAKAMBA et NGOZI. Les quatre provinces les plus peuplées du Burundi et à fort potentiel pour une augmentation de la représentativité des femmes au niveau local.

Le projet vise à contribuer à la promotion de la démocratie et la participation citoyenne et électorale féminine dans la République du Burundi pour une augmentation de la participation des femmes dans le processus électoral de 2020. Un accent particulier sera mis sur l’augmentation de la représentation de la femme au sein des instances de prise de décision communautaire. Le but étant de rehausser le taux de représentativité de la femme au niveau collinaire qui reste bas en comparaison aux autres pays de la sous-région.

En effet, malgré le quota  de 30% réservé aux femmes  dans le code électoral, et la considération, en 2020, d’une femme sur trois, dans les propositions de listes électorales, la femme burundaise reste très faiblement représentée au niveau collinaire. A titre d’exemple, le taux variait autour de 6% lors des élections de 2010 et 2015. Ce qui limite considérablement l’intégration des priorités des femmes dans tout le processus de développement.

C’est notamment pour palier à cette situation que le FNF, en partenariat avec ONU Femmes, envisage de mener des sessions de renforcement des capacités des femmes candidates au niveau collinaire sur les thématiques de leadership transformateur, la prise de parole en public et la communication non violente. Le FNF se propose en outre de mener une campagne nationale de sensibilisation communautaire pour soutenir l’électorat féminin, en particulier auprès des hommes et des principaux acteurs communautaires influents.

Janviere Ndirahisha, députée à l’Assemblée Nationale et Présidente du Forum National des Femmes a d’ailleurs profité de la présence des femmes leaders à la cérémonie de lancement du projet pour les exhorter à sensibiliser et soutenir leurs sœurs au niveau des collines et quartiers afin qu’elles élisent et se fassent élire au niveau de leurs collines. ‘’Allez chez vous et commencez à sensibiliser vos sœurs, sensibilisez aussi leurs conjoints et tout le voisinage’’,  ont martelé la plupart des intervenants, qui ont aussi appelé les femmes élues présentes à user de leur influence pour positionner les femmes capables dans les instances de prise de décision au niveau communautaire. 

Jennet Kem, Représentante de ONU Femmes au Burundi, s’est quant à elle, félicitée de la présence des femmes au niveau de l’Assemblée Nationale à des proportions qui vont au-delà du prescrit constitutionnel de 30 %. Elle a, toutefois, émis le souhait de voir les femmes bénéficier de la  même représentativité au niveau local.     

L’autre grand résultat attendu de ce projet, c’est d’arriver à engager les femmes leaders élus à promouvoir l’agenda commun des femmes au cours de la nouvelle législature, à travers, notamment, leur sensibilisation sur l’agenda et les priorités des femmes, suivi par l’élaboration d’un cahier de charge sur base duquel elles seront évaluées. A cela s’ajoute des actions de plaidoyer et de réseautage au niveau local et national.